L’HISTOIRE D’ARQUES

Ajouter à
ma liste d'envies
puis imprimez ou partagez votre parcours

C’est ici que l’Aa, après avoir fait un coude, entre dans le marais audomarois…

L’histoire de la ville est intimement liée à l’eau. Arques fut jusqu’à la Révolution d’abord un moulin puis un village dépendant de l’abbaye Saint-Bertin.

En 1825, c’est le début d’une aventure industrielle avec l’installation de la première verrerie.
Arques se prête bien à la promenade…

De la place à l’église, on remonte le temps pour découvrir d’anciennes architectures industrielles (filature, brasserie…), de belles maisons de maître en brique jaune du XVIIIe siècle puis l’église et le château aux bases médiévales. On peut encore y découvrir des trésors du génie hydraulique de toutes les époques comme les impressionnantes écluses modernes.

Le grand vannage fut réalisé en 1782. La base fluviale et son port de plaisance ont remplacé d’anciens chantiers navals. On peut également découvrir de remarquables espaces naturels préservés comme les étangs de Malhove, fruits d’anciennes carrières d’extraction de matériaux pour l’industrie et le bâtiment ou bien encore la forêt domaniale plus connue sous le nom de Clairmarais.

En allant à la gare, un autre voyage dans le temps attend le visiteur à bord d’une micheline des années 50 ou d’un train à vapeur !

On remonte la vallée de l’Aa pour découvrir ses moulins, son histoire papetière ou la Coupole…

La verrerie
Le percement du canal de Neuffossé à la fin du XVIIIe siècle facilite l’installation dès 1825 d’une première verrerie sur ses quais à proximité des écluses au lieu-dit les Fontinettes, par la famille des Lyons de Noircarmes. Tout au long du 19e siècle plusieurs propriétaires successifs y fabriquent des dames jeannes et des bouteilles. L’entreprise est rachetée en 1897 par Prudent Avot, papetier à Blendecques. Il place à sa tête Georges Durand dont la réussite le contraindra à lui laisser les rênes de l’entreprise en 1916. Après avoir produit pour l’Angleterre pendant la Grande Guerre, la production, qui reste manuelle, atteint 10 tonnes par jour dans les années 30. À la suite d’un voyage aux Etats-Unis en 1930, Georges Durand amorce un grand virage. Il associe son fils Jacques et recourt aussi à des ingénieurs qui vont perfectionner les machines. Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, un second voyage aux USA sera le départ d’un nouveau développement. L’entreprise s’étend alors au-delà de son site originel de production créant une vraie ville dans la ville, puis à l’étranger en devenant Arc, leader mondial des arts de la table.
Ascenseur à bateaux des Fontinettes
En 1758 débute la construction du canal de Neufossé qui réalise la jonction entre l’Aa et la Lys à Aire-sur-la-Lys. La principale difficulté est le franchissement du versant sud de la vallée de l’Aa au lieu-dit « les Fontinettes » à Arques. Pour rattraper les 13,13 mètres de dénivelé, les ingénieurs militaires édifient une échelle de 7 écluses successives. Mais avec le développement du trafic, les péniches doivent attendre de plus en plus longtemps. Pour y remédier, dans les années 1880, la construction d’un ascenseur hydraulique est décidée. Le concours est remporté par l’ingénieur anglais Edwin Clarck associé au français Bertin. Avec la mise au gabarit européen, l’ascenseur, devenu trop petit, cesse son activité en 1967. Ouvrage d’art unique en France, il a été classé en 2014.

Infos complémentaires

03 21 88 59 00 tourisme@ville-arques.fr

Adresse : Place Roger Salengro

Code postal : 62510

Ville : Arques

Horaires :

  • Lundi : 09:00 – 12:00 / 13:30 – 17:30

  • Mardi : 08:00 – 12:00 / 13:30 – 17:30

  • Mercredi : 08:00 – 12:00 / 13:30 – 17:30

  • Jeudi : 08:00 – 12:00 / 13:30 – 17:30

  • Vendredi : 13:30 – 17:00

  • Samedi et Dimanche : Fermé